Les crises alimentaires répétées et les autres chocs affaiblissent à chaque fois les moyens d’existence des plus vulnérables au Sahel, en Afrique de l’Ouest et en Afrique de l’Est. Dans ce contexte, la résilience fait l’objet d’une forte attention de la part de la communauté internationale, et suscite de nombreux échanges entre les spécialistes. En effet, la résilience est une notion complexe, qui ne peut pas être observée directement, et qui constitue l’objectif des interventions d’assistance aux plus vulnérables.
Afin de donner une base fiable à ces programmes, des mesures précises de la résilience des populations vulnérables sont nécessaires. Pour répondre à ce besoin, d’importants travaux sont menés depuis plusieurs années, et jouent un rôle crucial dans l’aide à la décision. Au cours de la Foire aux savoirs, M. Luca Russo, Expert senior à la FAO, a présenté les dernières avancées qui permettent de mesurer le degré de résilience des communautés et d’aider à la prise de décision.
En s’appuyant sur des modèles économétriques et en présentant ensuite le cas concret des travaux de mesure de la résilience menés au Kenya, il a permis aux participants de découvrir les fonctions de résilience et les variables qui sont considérées, telles que les revenus, l’accès aux services de base, ou encore les capacités d’adaptation. Des analyses factorielles permettent également de reconnaitre les groupes les plus vulnérables, afin de conduire des interventions bien ciblées.
Cette présentation a suscité beaucoup d’enthousiasme dans l’assemblée, qui a démontré un fort intérêt pour connaître les résultats des travaux de mesure de la résilience en cours au Sahel. Ces résultats permettront en effet de disposer d’indicateurs fiables sur la base desquels les partenaires et les gouvernements pourront mieux définir leurs futurs interventions et orientations. Ils pourront alors cibler les personnes les plus vulnérables, et proposer une assistance mieux adaptée aux besoins des communautés.
La mesure de la résilience constitue aujourd’hui un enjeu crucial au Sahel. Les activités présentées viennent s’ajouter aux autres mécanismes déjà en place dans la région pour l’aide à la prise de décision, tels que le Cadre Harmonisé et l’analyse de la vulnérabilité en milieu urbain (VAMU).

Advertisements